Jeûner avec PorteurEs d’Eau, comment ça se passe ? #2

Une interview des jeûneurs de PorteurEs d’Eau.

Dans la première partie de notre interview « Pourquoi et comment jeûner ? », Lucy Warren avait accepté de nous partager son expérience. Dans cette seconde partie, nous parlerons des propositions de jeûne au sein de notre association. Nous avons écrit cet article grâce à la participation des jeûneurs de PorteurEs d’Eau. Pour rappel, Maryno et Lucy animent les jeûnes de saisons (Printemps et Automne) et Patricia et Thierry animent « Jeûne, marche et soins corporels », une proposition se déroulant généralement courant mars.

Aujourd’hui, il y a une multitude de propositions de semaine de jeûne. Quelle est la couleur de PorteurEs d’Eau dans cette palette ?

Maryno : C’est vrai que nous avons une manière de faire au sein des PorteurEs d’eau – ou plutôt une manière d’Être. Que ce soit le tandem Thierry – Patricia ou le tandem Lucy – Maryno, notre point commun est l’écoute profonde de soi, du groupe. Nous ne disposons pas de recettes ni de programme à suivre. Nous nous ajustons en permanence aux attentes des personnes. Chaque groupe est unique et donne sa couleur. Chaque jeûne est différent. Ce qui est proposé émerge des ressources propres à chacun.

Une des couleurs de Porteurs d’Eau est la participation consciente. Nous avons repéré que souvent les tarifs des stages de jeûne sont assez élevés. En sortant du tarif unique nous voulons rendre le jeûne accessible à tous. De fait ces dernières années nous avons accueilli des personnes qui n’auraient jamais pu s’offrir un stage de jeûne alors qu’elles ont pu vivre une semaine très importante pour elles.

Maryno, que peux-tu nous partager concernant les jeûnes que tu co-animes avec Lucy ?

Il y a une douzaine d’années j’ai expérimenté le chemin du jeûne. Une véritable découverte ! La première fois, j’étais remplie de peurs – peur de ne pas y arriver, peur d’être malade ou trop faible, peur de la faim… J’ai dû reconnaître et traverser ces doutes. Ça a été un chemin de libération qui m’a beaucoup marquée. J’ai eu envie de le partager avec d’autres. J’ai participé à plusieurs semaines de jeûne avant de me lancer avec Lucy.

Nous sommes toutes les deux thérapeutes et notre oreille est grande ouverte au travail intérieur. Nous avons cherché à conjuguer l’expérience personnelle et la vie de groupe, la parole et le silence, la réflexion et l’expression créative, l’approche corporelle et l’ouverture spirituelle. Nous créons un espace qui permet à chacune et chacun d’avancer à son propre rythme. Nous nous appuyons sur un conte initiatique qui fait le récit d’un chemin de libération.

Nous organisons ces stages sur 5 jours pour permettre une première découverte surtout aux personnes en activité professionnelle. Ils ont lieu du lundi au samedi ce qui donne une journée de battement avant de reprendre son travail.

Ces semaines se déroulent à Tamié en Savoie à proximité d’une abbaye cistercienne. Nous sommes indépendants des moines qui nous mettent une maison d’accueil à disposition. Nous bénéficions de la beauté de la montagne et de la puissance de ce lieu sacré. Il se crée à chaque fois une dynamique d’ouverture.

Une des couleurs de Porteurs d’Eau c’est la participation consciente. Nous avons repéré que souvent les tarifs des stages de jeûne sont assez élevés. En sortant du tarif unique nous voulons rendre le jeûne accessible à tous. De fait ces dernières années nous avons accueilli des personnes qui n’auraient jamais pu s’offrir un stage de jeûne alors qu’elles ont pu vivre une semaine très importante pour elles.

Comme toutes les propositions de Porteurs d’Eau nous sommes deux accompagnantes. C’est confortable de rouler en tandem d’autant plus que nous-mêmes nous jeûnons avec le groupe. Nous partageons la vie du groupe avec la juste distance d’être impliquées tout en étant garantes du cadre.

Et toi, Lucy, des choses à dire ?

Jeûner a été aussi une grande découverte pour moi.

J’aime conjuguer mon métier de praticienne en mémoire cellulaire et le jeûne. Jeûner est en effet une fabuleuse occasion de mettre les choses à plat. De regarder sa vie avec un peu plus de distance et voir ce qu’on peut faire de neuf à partir de cette expérience plutôt que de rejouer sans cesse des schémas répétitifs qui nous sont tellement familier.

J’aime travailler avec Maryno, nos complémentarités s’enrichissent mutuellement, nous aimons créer du neuf à chaque fois à partir du groupe et de ce que nous ressentons.

Pour moi, jeûner est un parcours de santé physique et psychique, une libération de la contrainte et une ouverture de portes nouvelles vers une demain qui se construit à partir de ces expériences. J’aime aussi ce lieu, Tamié, où nous avons la chance d’être accueilli, la nature y est vibrante et les montagnes forment un écrin porteur pour notre expérience. Les moines veillent discrètement sur notre chemin. Pas de pré-requis pour nous rejoindre à part l’envie de rencontrer et partager cette aventure avec d’autres.

Nos semaines sont jalonnées de temps en commun, partage, exercices, méditation, réflexion, lecture, marche, peinture… Si certaines propositions sont optionnelles, celle qui convoque un travail sur soi et les temps de partages font partie intégrante de notre démarche partagée.

Patricia, Thierry, votre proposition de jeûne n’est pas exactement la même que celle de Lucy et Maryno. Qu’avez-vous à nous dire sur votre chemin en tant que jeûneurs et accompagnateurs ?

Patricia : Mes jeûnes ont débuté il y a environ 20 ans. J’en garde le souvenir d’une période légère. Je continuais à travailler, faire du sport tout en jeûnant. Je ne connaissais pas de régime particulier et je suivais mon instinct. C’était une première approche.

Depuis 6 ans, nous animons avec Thierry des groupes de 10 personnes maximum. PorteurEs d’Eau avait déjà un jeûne d’automne et nous avons proposé un jeûne de printemps. La couleur de nos rencontres a une note bien particulière : méditation, séances de développement corporel (TRE), marche. En tant que thérapeute corporel, je suis attentive au bien-être de chacun, autant physiquement que moralement. Il est important que chaque personne se sente à sa juste place, dans le respect du groupe.

Nos stages sont proposés sur 7 jours du samedi au samedi, en mars. C’est à Habiterre que nous accueillons tous les participants. La maison commune est spacieuse et permet à chacun d’y trouver un espace personnel, un moment de silence ou de partage. L’environnement permet de belles ballades riches et variées.

Je suis chaque année toujours en surprise de cette découverte d’individus qui se retrouvent autour de ces jeûnes. Partager 7 jours ensemble et cheminer, chacun à son rythme, chacun son histoire qui se dévoile au fil du temps, ou pas. Avec Thierry nous sommes dans un bel accordage d’attention, de respect. Nous sommes là pour garantir un cadre, dans la bienveillance. À chaque demande, nous sommes attentifs par un entretien téléphonique, à répondre aux questions, à vérifier que cette personne aura sa place au sein du groupe.

Une des couleurs de PorteurEs d’Eau, c’est la participation consciente (lien) qui permet au plus grand nombre de partager ce type de rencontre. C’est pour moi une valeur fondamentale.

Thierry : Vu de ma fenêtre, les jeûnes PorteurEs d’Eau ont un ADN particulier, celui d’un accueil (presque) inconditionnel. Lorsque je dis « presque », c’est simplement une limite en lien avec un état de santé qui ne serait pas en adéquation avec le jeûne. Pour le reste, c’est inconditionnel, en raison de la structure économique des PorteurEs d’Eau, la participation consciente, et de leur ADN qui est d’accueillir celles et ceux qui ont réellement besoin aujourd’hui de prendre une pause, de détoxifier leur corps et aussi de changer leur rapport à la nourriture ou, au moins, de juste en prendre conscience si aller plus loin n’est pas encore possible.

À ce jour toutes celles et ceux qui sont passés dans les jeûnes de PorteurEs d’Eau que nous avons co-animés avec Patricia ont apporté aussi leurs couleurs. Nous sommes responsables et garants du cadre, nous co- élaborons au fur et à mesure de la semaine, chemin faisant, les journées en tenant compte des besoins individuels et collectifs du groupe…

Cette co-élaboration se fait dans une dynamique qui permet d’accompagner le partage, de soutenir et également de se reconnaître au travers notre humanité commune dans l’expérience vécue…

Je me sens honoré de pouvoir me nourrir de ces fêlures qui apparaissent au fur et à mesure de la découverte de l’expérience du jeûne, de la prise de conscience et de confiance dans le groupe. C’est ce qui donne une couleur humaine à nos sessions PorteurEs d’Eau. C’est une grande richesse, car c’est de là que nous allons partir pour faire de nos fêlures nos richesses. Une fêlure n’est absolument pas un handicap, c’est une faille dans laquelle pénètre une vraie lumière de vie.

Nous sommes réellement à l’écoute de ce qu’il se passe à l’intérieur du groupe et à l’intérieur de chacune et chacun. Aujourd’hui, à travers mon activité dans la vie « d’instructeur pleine conscience », j’aime accompagner les participants, dans l’ici et maintenant, à poser une attention particulière sur ce qui EST avec l’aide précieuse de la Méditation.

La coanimation avec Patricia, c’est aussi que nous sommes colorés différemment, tout en étant très à l’écoute l’un de l’autre et j’en suis très heureux.

Chaque jeûne est complètement différent même si l’on retrouve l’ADN PorteurEs d’Eau au travers de nos sessions. Le lieu, Habiterre, est également très important, il nous permet de se sentir chez nous pour cette aventure commune. La structure de base de PorteurEs d’Eau qui est l’accompagnement sur un plan horizontal et pas vertical, à savoir notre intelligence collective et créative dans le partage de l’expérience, avec mon expertise et ce que je suis aujourd’hui en pleine conscience.

Un grand merci à vous pour votre partage !

Nous espérons que ces contenus (partie 1 : Pourquoi et comment jeûner ?) vous aura semblé intéressant et vous apportera quelques réponses à vos questions. N’hésitez pas à nous laisser un commentaire, nous serons plus que ravis de répondre à vos questions !

Tout au long de l’année, nous proposons des événements : jeûnes, escales, ronde des saisons, etc. Je vous laisse les découvrir en cliquant ici.


Nous avons envie de vous partager le superbe témoignage de Marie-Odile…

Voyage au pays du jeûne, témoignage.

J’ai suivi 5 jeûnes avec Porteurs d’eau, depuis septembre 2018, 3 à Tamié et 2 à Die.

Cela s’est inscrit dans une démarche globale de développement personnel, avec une focalisation sur l’alimentation  – compensation de manques divers. et rééquilibrage alimentaire.

Cela m’a toujours été très bénéfique, et m’a fait bien avancer (je pèse,13 kgs en moins depuis mon 1er jeûne). J’ai trouvé à chaque fois une régénération  et un ressourcement profonds, dans mon rapport au monde, aux autres, à moi-même, à la nature, l’amour y tenant une grande place.

Les animateurs sont présents, bienveillants, et apportent une grande sécurité sur l’ensemble du processus. Les groupes sont à chaque fois composés de belles personnes, toutes dans une démarche authentique. Le partage et la solidarité sont toujours là.

La participation consciente est à chaque fois une interrogation en vérité sur mon rapport à l’argent, et là aussi, l’exigence de la démarche n’est pas vaine.

Mon rapport à l’alimentation s’apaise progressivement car j’ai appris, grâce à ces jeûnes, à avoir confiance dans mon corps, lieu de ressources insoupçonnées.

J’en ressors avec infiniment de gratitude pour tout ce que j’ai reçu lors de ces semaines, tant en provenance des lieux magnifiques où nous sommes hébergés, que par la qualité des échanges  et des multiples moments vécus en solitude ou en commun.

Je recommande cette expérience à toute personne en recherche d’authenticité.”

Cet article compte 1,938 mots

8

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.