Communication responsable, nos 6 bonnes résolutions pour 2023 !

PorteurEs d’Eau se met au vert…

À PorteurEs d’Eau, on n’a pas voulu perdre de temps. Attendre janvier 2023 pour prendre de nouvelles résolutions ? Mission impossible. C’est aujourd’hui qu’il faut bouger, la planète n’attendra pas !

Et puis, on a aussi le secret espoir de faire des petits, envie que d’autres s’interrogent et avancent aussi avec nous sur cette question. N’hésitez pas à nous solliciter pour réfléchir à cette question avec nous. Plus on sera rapidement nombreux, mieux tout le monde se portera !

Alors, on y va ? N’ayez pas peur, même les dinosaures de PorteurEs d’Eau ont réussi à comprendre et ce n’est pas lié à l’âge !

Communication responsable, késako ?

La communication responsable vise à être plus consciente des urgences sociales et écologiques et à être davantage à l’écoute des citoyens. Elle s’interroge autant sur le contenu des messages que sur la manière dont ils sont délivrés.

Une notion assez importante de la communication responsable est la transparence. L’idée est de communiquer de manière éthique et transparente sur la manière dont nous travaillons, sur ce que nous souhaitons mettre en place et pourquoi. Et c’est précisément ce que nous allons faire dans cet article.

1ère bonne résolution : migrer notre site internet sur un hébergement vert !

Les data centers dans lesquels sont hébergés les sites internet consomment énormément d’énergie. Les serveurs tournent en permanence et ont besoin d’être refroidis par des ventilateurs.

Un hébergement vert ? Oui, on vous jure, ça existe !

Aujourd’hui, il existe de plus en plus d’hébergements verts, la principale caractéristique est que les serveurs sont alimentés par des énergies renouvelables, le plus souvent par l’énergie solaire. Ce premier point permet de diminuer grandement l’impact environnemental.

Certains hébergeurs verts en font plus. Infomaniak, par exemple, compense à 200% ses émissions de gaz à effets de serre en finançant des projets qui absorbent un maximum de CO2 (bien souvent la lutte contre les fontes glacières ou la reforestation).

Un site internet qui consomme moins d’énergie

Grâce à ce premier point, nous pourrons réduire une grande partie de l’impact environnemental de notre site internet mais pour être réellement écoresponsables, il ne faut pas s’arrêter là. Vous nous suivez ?

Cette 1ʳᵉ résolution ne pourra être mise en œuvre qu’en mars 2023 car nous devons résilier notre contrat avec notre hébergeur actuel et cela prend un peu de temps !

2ᵉ résolution : réduire le poids du contenu de notre site.

Pourquoi réduire le poids du contenu baisse-t-il notre empreinte carbone ? Plus le contenu du site est lourd, plus le temps de chargement est long, plus nous consommons de l’énergie (cette notion fonctionne aussi pour les échanges d’e-mails avec pièces jointes).

Qu’est-ce que nous appelons « contenu » ?

Le contenu d’un site internet est tout ce qui se trouve à l’intérieur : le code (langage web), la base de données, les fonctionnalités (exemple : formulaire de contact) mais également les images, vidéos et textes.

Quels sont les bénéfices du contenu léger ?

En plus des bénéfices écologiques d’un contenu léger, c’est aussi plus agréable pour les utilisateurs de notre site. Le temps de chargement étant bien plus rapide, la navigation est bien plus agréable et fluide.

Comment réduire le poids du contenu ?

Concernant les images du site, commençons par réduire la taille de ses images. Nous ne nous en rendons pas compte, mais une photo prise avec notre téléphone est gigantesque (environ 50 cm), une taille démesurée pour l’afficher sur un site internet.  Plus elle est grande, plus elle est lourde ! Avec un peu d’expérience, on peut contourner ce problème.

En ce qui concerne le code, la base de données et les fonctionnalités, il vaut mieux laisser cette tâche à un web designer. Le risque étant de supprimer une donnée indispensable qui fera buguer le site par la suite. Et oui, c’est un métier mais Manon notre webdesigner de choc s’y met dès aujourd’hui !

3ᵉ résolution : nous protègerons vos données grâce à l’utilisation de Matomo.

La protection des données… Un point très important. Vous savez, c’est cette histoire de cookies que vous acceptez (ou pas) puis vous vous retrouvez avec des publicités ciblées de tous les côtés ?

Pourquoi avons-nous besoin de récolter ces données ?

Ces données nous aident à améliorer l’agencement de notre site. Par exemple, dans notre cas, la partie « événement » est la plus importante. Cet outil nous permet de savoir quel est l’événement le plus ou le moins consulté. Grâce à cette information, nous pouvons faire des tests (changements de textes, de couleurs, etc) et voir si cela permet de rendre l’événement plus attirant ou simplement nous inciter à l’améliorer. C’est finalement se rendre plus proche des besoins des personnes intéressées par ce que nous faisons.

Matomo, l’alternative éthique ? Oui.

Matomo est un logiciel français permettant d’analyser le trafic de votre site internet MAIS qui nous donne la propriété de 100 % des données de nos utilisateurs. C’est-à-dire que les données que les utilisateurs nous autorisent à récolter sont stockées en sécurité sur NOTRE hébergement et non sur Google.

Si le sujet vous intéresse et que vous souhaitez aller plus loin, nous vous conseillons de lire l’article de Manon, notre web designer en cliquant ici !

Cette 3ᵉ résolution sera mise en œuvre dès janvier 2023.

4ᵉ résolution : adieu Mailchimp et bonjour MailerLite !

Si vous lisez cet article, c’est sûrement que vous avez reçu notre dernière newsletter (celle-ci a été envoyée via MailerLite). Afin de faciliter l’envoi d’un e-mail tel que celui-ci à un grand nombre de personnes, nous utilisions un outil appelé « Mailchimp ». Nous avons bien conscience que l’envoi d’e-mails a un impact environnemental considérable, c’est pourquoi nous avons changé d’outil. 

Donc, la bonne résolution n° 4 est déjà réalisée !

Pourquoi nous n’utiliserons plus Mailchimp

Même si ce petit singe est très mignon, Mailchimp n’est pas l’outil le plus éthique…

Tout d’abord, leur manière de communiquer autour de leur produit incite au « toujours plus » et nous entraîne à consommer, ce qui est l’opposé de la communication responsable. Exemple : « Obtenez jusqu’à 88 % de chiffre d’affaires supplémentaire grâce à … »

Ensuite, parlons écologie. Les serveurs de Mailchimp sont localisés à l’étranger (en Angleterre), ce qui signifie que les e-mails que nous envoyons depuis la France, via cet outil, partent en Angleterre pour retourner ensuite en France. Même si ça ne se matérialise pas, et que nous n’avons rien contre les Anglais, plus il y a de distance, plus ça consomme de l’énergie.

Pourquoi nous avons choisi MailerLite

MailerLite, n’est pas un outil français (dommage), mais ils prennent soin de protéger les données que nous stockons (donc, vos données personnelles à vous) chez eux, nous avons donc aimé leur politique de confidentialités. Nous avons également aimé leur manière de communiquer avec une phrase d’accroche telle que : « Créez des newsletters que votre audience va adorer ». En revanche, au niveau de l’impact environnemental c’est à nous de faire un effort, c’est pourquoi nous resterons à une newsletter/mois et nous supprimerons bien toutes adresses mail inactives pour limiter les envois inutiles.

5ᵉ résolution : nous réduirons nos échanges d’e-mails en interne grâce au Kdrive d’Infomaniak

Les e-mails polluent énormément. Eh oui :

  • un e-mail sans pièces jointes reçu : 4 g CO₂ ; 
  • un e-mail avec une pièce jointe reçu : 50 g CO₂ ;
  • un e-mail stocké dans notre boîte : 10 g CO₂/an soit un sac plastique (multiplié par le nombre de mails que vous stockez…)

Pour plus de détails sur le sujet, nous vous proposons l’article de Carbo Académie.

Nous polluons beaucoup trop via nos échanges d’e-mails en interne …

Nous envoyons actuellement beaucoup d’e-mails avec des pièces jointes pour : renouveler les photos de nos événements, parler d’un événement passé sur les réseaux sociaux, etc. Mais, ça ne va pas durer, nous avons une solution !

La solution : qu’est-ce que le Kdrive ?

Kdrive, une « Dropbox écolo », est un espace de stockage en ligne où plusieurs personnes peuvent avoir accès pour ajouter et/ou supprimer des documents. Le plus ? Le serveur sur lequel seront stockées nos données appartient à Infomaniak, un hébergeur vert dont nous vous parlions au début de cet article.

Cette solution devrait nous permettre de réduire nos échanges d’e-mails avec pièces jointes de 90%.

Cette résolution est à l’étude pour voir à partir de quand nous pouvons la mettre en place, elle est peut-être liée à l’hébergeur et du coup tributaire de la bonne résolution n° 1.

6ᵉ résolution : Kmeet, outil de visioconférence écoresponsable

L’empreinte carbone moyenne d’une réunion en ligne classique est de 1g par minute et par participant. Si vous rencontrez 6 personnes en visio pendant 1h, les émissions de CO2 ont déjà atteint 360 grammes. (Source : Okarito.io) Rappelez-vous sur le plan de la pollution, 10 g de Co2 = Un sac plastique. Donc, en une heure on a pollué la planète de 36 sacs plastique en plus !

Nous utiliserons désormais l’outil gratuit et intuitif Kmeet pour effectuer nos visioconférences. Comme pour le Kdrive, Kmeet appartient aussi à Infomaniak. Pour réellement diminuer notre empreinte carbone, nous ne nous arrêterons pas là. 

Notre prochaine réunion en visioconférence aura lieu via Kmeet donc c’est déjà aujourd’hui mis en œuvre.

Quelques bonnes pratiques à appliquer lors d’une visioconférence

La première bonne pratique est d’utiliser un outil écoresponsable comme Kmeet ou encore Jitsi comme nous l’avons vu plus haut. Mais ce qui consomme aussi énormément c’est l’image de notre caméra.

Bien entendu c’est plus agréable de se voir, sinon nous aurions simplement passé un coup de téléphone. Mais, il est possible de réduire la qualité de sa caméra dans les paramètres de la visioconférence. Ce petit geste réduira grandement notre consommation aussi. 

L’audio consomme également de l’énergie, penser à couper son micro lorsque l’on ne parle pas fait partie des bonnes pratiques à appliquer. Pour finir par ce qui consomme le plus : le partage d’écran. Il est pourtant bien utile cependant il est à utiliser uniquement lorsque c’est indispensable.

Le mot de la fin… ou plutôt du début !

Aujourd’hui, l’utilisation d’internet représente pratiquement 20% de l’empreinte carbone mondiale et ne cesse d’augmenter chaque année. Il est réellement important pour nous de changer nos habitudes de travail pour consommer internet autrement et communiquer de manière plus responsable et plus respectueuse de l’environnement.

L’univers du web est un monde à part. Nous avons essayé dans cet article de démystifier un peu cet univers. 

Si on résume nos 6 bonnes résolutions de PorteurEs d’eau avec vous, rappelez-vous : un des mots clés de la communication responsable est la transparence !

Voici donc nos objectifs concernant nos bonnes résolutions :

N°1 : mise en œuvre mars 2023
N°2 : en route dès aujourd’hui et abouti en mars 2023.
N°3: fait pour janvier 2023
N°4 : déjà fait !
N°5 : à l’étude mais au plus tard mars 2023
N°6 : c’est fait !

Bref, en mars 2023 PorteurEs d’Eau sera au VERT !

N’hésitez pas à partager ces quelques notions à votre entourage et à oser nous rejoindre dans l’aventure de faire notre petite part de colibri pour diminuer notre empreinte carbone. 

OUI, nous croyons qu’il n’est pas trop tard ! Vous nous rejoignez dans cette aventure ?

Courage, ce n’est pas si compliqué, vous avez une feuille de route maintenant !

Manon, notre webmaster peut vous apporter des compléments d’information, si tout cela paraît encore flou, pour la mise en œuvre dans vos sites internet. Elle est joignable via : contact@manongirardet.com

À tout bientôt,
Les PorteurEs d’Eau.

Cet article compte 1,913 mots

8

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.